Forum du serveur Nitrocube, avec de nombreux jeux, comme le SkyWars, le Rush, le OITC, le CS:GO et le Hide And Seek.
Découvrez les autres sur le serveur ! Serveur en 1.8 / 1.9 / 1.10 et 1.11
 
AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le monde des Creepypasta de Kota ! (Histoire d'horreur)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PandyKota

avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : Forêt kokiri

MessageSujet: Le monde des Creepypasta de Kota ! (Histoire d'horreur)   Dim 16 Juil - 6:57

Creepypasta !


 Alors déjà : Qu'es-ce qu'une creepypasta ?
   Creepy fait penser a la peur ? Aux creepers ? Pasta a des pâtes ? Peut-être...
   Des pâtes aux creeper ? Ou des pâtes qui fond peur ?
   Et bah... Ni l'un, ni l'autre !

   Une creepypasta est une histoire trouver sur internet
   Qui est généralement écrite mais il en existe des tas de textes audio sur youtube
   Cette histoire parraît totalement réel, mais est en réalité un conte
   Ou une légende urbaine pour les adèpte ^^

 Sur ce poste, je compte poster une creepypasta a chaque fois que j'en trouve une qui me parraît sympa ^^

   Et je sais que certains d'entre vous aime ce genre de chose
   Alors si vous aimeriez en poster une, c'est très simple
   Il suffi de m'en envoyer une en PV (Forum ou bien Skype pour ceux qui l'on)
   Et je la posterais si elle respecte les critaires suivant :

     1. Pas de langage SMS
     2. Langue Française
   (Je peu faire quelques traduction, mais pas pour les plus longues)
     3. Evité les mots trop vulgaire
   (Mais vous pouvez être aussi gore et malsaint que vous le souhaitez !)
     4. Donnez-moi un pseudo, ou un nom d'Auteur de l'histoire
     5. Si possible, donnez-moi la source de la provenance de l'histoire

   Si tous est bien respecter, alors je posterais votre histoire d'horreur ici-même ! ^^


Avertissement : Tous message poster par des utilisateurs ou modérateur serrons supprimer !

============================================================================

Liste des Creepypasta par note :


La fille enchaînée ★★☆☆☆
Je suis en enfer ★★★☆☆
Mamie et Papi ★★★★★
L'appareille photo ★★★★★
Ma lettre au père noël ★★★★☆


Dernière édition par PandyKota le Ven 21 Juil - 7:25, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PandyKota

avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : Forêt kokiri

MessageSujet: Re: Le monde des Creepypasta de Kota ! (Histoire d'horreur)   Dim 16 Juil - 18:12

La fille enchaînée.


Cette fille, je n'arrête pas de la voir dans mes rêves. Elle apparait devant moi dès que je ferme les yeux. Sa peau est blanche, blanche comme la neige, des cheveux noir comme les ailes d'un corbeau. Elle est simplement vêtu d'un t-shirt blanc qui lui arrive tout juste en dessous de ses fesses, elle est aussi rattachée a un mur grâce à une chaîne. Cette jeune fille me parlait a travers mon rêve, elle m'a raconter qu'une personne l'avais brûler et que c'était pour cela qu'elle avait un bandage sur le bras gauche. Elle disait que la personne qui l'avait enfermée ici était un homme horrible. Elle me décrit l'homme (car elle était presque sûre que c'en était un !)  comme un homme grand, très grand, blond et des yeux vert comme l'émeraude ! Je la voyais tous les jours souffrir, être battue par cet homme. Ça faisait 3 semaines qu'elle n'avait rien manger, elle n'avait que le droit a de l'eau un jour sur deux. Je voyais toutes les scènes mais jamais je n'ai vue le visage de cette fille.

Les jours passaient, je continuais à rêver de cette fille attachée. Puis un jour je marchais dans la rue, je rentrais du lycée et j'ai croisée un homme, il.. Il avait les mêmes yeux émeraude qu'on ma décrit, et je pense que des yeux comme sa il n'y en a pas partout ! L'homme était debout a coter d'un arrêt de bus, je suis passée devant lui, je sentais son regard insistant envers moi, mais j'ai continuée mon chemin sans me retourner une seule fois. Le soir toujours se rêve étrange; l'homme était entrain de scarifier la jeune fille, c'était horrible, j'avais l'impression d'être a sa place. Je me suis réveillée en sursaut, et j'ai senti une douleur au niveau de mon bras, j'ai passée ma main dessus, j'ai senti que c'était quelque chose de liquide alors j'ai allumée la lumière et j'ai vue plusieurs entailles sur mon bras bien profondes.

Tout continuait, j'ai croisée cet homme au même arrêt de bus tous les jours, tous les jours il faisait de nouvelles choses horrible a cette fille, tous les jours j'avais de nouvelles blessures. Puis un jour j'ai vue l'homme me suivre de loin! J'entendais ses bruits de pas derrière les miens, j'avais l'impression qu'il se rapprochait de moi de plus en plus vite ! Alors j'ai commencée à courir pour lui échapper, j'ai eu de la chance j'ai réussie à rentrer chez moi sans encombre !

Ce soir la, elle n'était pas très bien, elle était au fond de la pièce entrain de pleurer et ne cessais de répéter "La prochaine sera bientôt là". Quelle prochaine ? Qui était-ce ? Je ne comprenais pas ce qu'elle disait. L'homme n'était pas venu la torturer , elle avait même eu le droit a un bon repas.

Le lendemain soir, je n'ai pas rêvée de cette fille, c'était... Complément  un autre rêve. Pourtant, IL était la ! Il se rapprocha, je ne pouvait plus bouger ! Je criai de toutes mes forces mais rien a faire... Il se rapprochait toujours. Puis l'homme se planta devant moi. Il me regardai si profondément que je pouvais voir le plus profond de ses yeux vert émeraude. Il mit sa main sur ma bouche pour éviter de crier encore car cela le fatiguait, il ôta tous mes vêtements en un clin d'oeil et me mis un vieux t-shirt blanc déjà tacher de sang, puis il me cogna si fort que je perdis connaissance.

Je me suis réveillée dans une salle qui ne m'était pas inconnue, c'était la salle où la jeune fille était enfermée ! Je la cherchais du regard mais je ne la voyait pas. L'homme entra dans la salle :
-Enfin debout, j'ai crue que tu n'allais jamais te réveillée !
-Où est passer la jeune fille qui était ici ?!
-Elle est rentrée chez elle, après 3 années passé ici, j'ai enfin trouvé une jeune fille un peu mieux !
-Je ne me laisserais pas faire !
-Tant mieux, j'aime les filles avec du caractère; il parti sur ces mots
C'était à mon tour de souffrir, mais je n'ai pas souffert si longtemps, j'avais réussi à lui prendre une de ces fameuse lames qu'il utilisait pour me faire saigner, je me suis ouvert les veines devant les yeux hébété de sa prochaine victime.

Auteur : Irissou
Modifier par : Kota
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PandyKota

avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : Forêt kokiri

MessageSujet: Re: Le monde des Creepypasta de Kota ! (Histoire d'horreur)   Lun 17 Juil - 16:16

Je suis en enfer.


Il n'y a pas d'autres mots pour décrire ce que je vis : je suis bel et bien en Enfer.

Je ne sais pas vraiment pourquoi... Enfin, je ne vois aucune raison qui expliquerait ma présence ici, mais bon. Je ne connais aucun endroit sur la planète qui ressemble à celui-ci. L'enfer, ou du moins la partie de l'Enfer où je me trouve, ne ressemble pas vraiment à ce que vous pourriez imaginer. Ce n'est pas une caverne remplie de feu et de flammes, et de démons rouges qui me tourmentent.

Au lieu de ça, il y a juste un grand désert, vide. Il n'y a personne ici, à part moi. Maintenant, vous devez penser que ce n'est pas si mal, finalement. Ça pourrait être pire. Mais, croyez-le ou pas, ça l'est. Même si je suis en Enfer, j'ai toujours faim. Cela doit être ma punition. Je suis perpétuellement affamé. Et il n'y a rien à manger dans ce désert. Rien, excepté cet animal. Et il me nargue, comme s'il savait pour ma faim insatiable. Evidemment, j'essaie de l'attraper pour me nourrir. Et c'est là que ça devient mauvais.

Vu que c'est l'Enfer, cet animal ne peut pas être attrapé. Chaque fois que j'essaie, à chaque fois que je suis sur le point de l'attraper ou de le tuer, il parvient miraculeusement à s’échapper. Donc, ceci est mon destin. Une faim éternelle, et de la nourriture à portée de main, mais inaccessible.

Parfois, je me prends à être inventif, à tester de nouvelles idées pour attraper ma proie, espérant que cette fois sera la bonne. Il y a une sorte de présence invisible ici qui me donne de nouveaux outils pour m'aider, mais ce n'est pas par bonté ou compassion, juste pour le plaisir de me voir échouer une nouvelle fois. Pour maintenir en moi une lueur d'espoir. Après tout, si j’étais sûr de ne jamais pouvoir attraper ce foutu animal, je ne souffrirais pas autant, n'est-ce pas ?

D'autres fois, je décide de ne pas jouer le jeu de mes tourmenteurs. Je refuse cette chasse inutile, et j'essaie de trouver une autre façon de passer le temps. Mais la faim ne cesse jamais, et ce n'est qu'une question de temps avant que je ne reparte à la chasse.

Et, si la faim ne m'y oblige pas, l'ennui le fait. C'est là toute la beauté de l'Enfer, je peux cesser cette torture quand je le souhaite, mais quand je le fais, il n'y a littéralement rien d'autre à faire.
L'ennui ou un acte futile perpétuel. C'est l'Enfer.

Je peux juste espérer que quand je l'atrapperai enfin, le goût du BIP BIP en vaudra la chandelle.

Auteur inconnu
Traduit par : Kamus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PandyKota

avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : Forêt kokiri

MessageSujet: Re: Le monde des Creepypasta de Kota ! (Histoire d'horreur)   Mar 18 Juil - 21:57

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PandyKota

avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : Forêt kokiri

MessageSujet: Re: Le monde des Creepypasta de Kota ! (Histoire d'horreur)   Hier à 6:47

Mamie et Papi


J'ai un moment de ma vie à raconter. Un moment qui m'a fait chier des briques. N'importe qui a vécu un moment comme ça. Même vous, vous savez, ces instants étranges, flippants qu'on est incapable d'expliquer. Vous en avez vécu un. Un truc vraiment bizarre dont vous vous demandez encore ce que c'était.

Je vis le mien au moment même où j'écris. Je suis à table. Il n'y a actuellement rien à manger, mes hôtes sont silencieux. Je ne sais pas ce qui va m'arriver, mais au moins j'aurais eu le temps d'en laisser une marque sur ces feuilles de papier. Quelqu'un les trouvera ici un jour. Et les lira. Par hasard.

Il y a treize ans j’ai quitté le domicile familial. J'ai quitté la campagne et j’ai déménagé au centre. Ma vie c'était des déménagements, des voyages, des jobs divers acquis puis perdus, des relations courtes. Je n’avais aucune nouvelle de ma famille, car j’ai coupé les ponts depuis quelques années. En fait, c’était après m’être séparé de ma première fiancée. Je ne voulais pas que mes parents s’en mêlent alors j’ai arrêté de leur donner des nouvelles et je me suis effacé. Je menais ma vie loin de la leur.

Il n'y a pas longtemps, j'ai perdu mon job actuel. J'ai pris quelques jours pour me remettre émotionnellement, et faire le point sur ma situation.
Puis j'ai eu cette idée. Et si j’y retournais ? Si je retournais les voir ? Ma famille. Quelques jours seulement. Mais ça me permettrait une introspection. Petite. Repartir à zéro. Je suis retourné dans la campagne.

Je voulais aller voir Mamie. Je voulais prendre mon temps avant de revoir ma mère et mon père. Je n'avais pas oublié le trajet. Impossible. Un chalet à l’écart, au milieu de la campagne. En y allant, j'ai passé un appel à ma mère pour lui annoncer mon retour. Pour m’y prendre pas à pas. Mais elle ne répondait pas. Elle était sûrement prise par le travail à cette heure. Je me suis dit que je la rappellerais dans la soirée. En attendant, j’allais passer la fin de la journée avec Mamie.

J’arrivais aux environs de 18 heures à sa porte. Elle était ouverte. C'était intrigant qu'elle bringueballe comme ça. Mais en passant la tête à l'intérieur, j'ai retrouvé Mamie assise dans le fauteuil au fond de la pièce. Je suis entré et j'ai fermé la porte. Les volets étaient fermés. La pièce n'était éclairée que par des rayons de lumière qui passaient par les trous et les bords des fenêtres. Une atmosphère grise, figée.

Je l'ai saluée avec le sourire. Elle m'a rendu un salut presque silencieux avant de me demander de lui passer ses aiguilles à tricoter. Les gros verres réfléchissants de ses lunettes et la faible lumière faisaient que je ne voyais de ses yeux que deux grosses perles noires.

Je me suis installé, dans le salon poussiéreux, Mamie à ma gauche, derrière moi. Il y avait un silence immuable. De la poussière voletait autour de nous. En fait, tout était recouvert d'une épaisse couche de poussière. La pièce était comme dans mes souvenirs. Rien n’avait changé, rien.

Si. Un cadre, sur une table à côté de la porte. Je n'ai pas reconnu la personne sur la photo. La maison était remplie de photos de moi, mes frères et mes cousins quand on avait six à dix ans. Et quelques photos de mes parents. Mais cet homme, sur la photo, là. C'était qui ?
Je me suis approché. Cet homme, c'était moi. J'avais la trentaine sur cette photo. Pourtant j'ai quitté la campagne à mes 19 ans. Et je ne suis plus revenu. D'où venait cette photo ?
J'étais sur une route herbeuse. Le paysage m'était familier. Je ne regardais pas l'objectif. J'essayais de me rappeler de quand avait été prise cette photo. Mais rien ne me venait.

Mamie tricotait, inlassablement, le tintement de ses aiguilles était notre seule discussion. Le soir tombait dehors, il faisait de plus en plus sombre à l’intérieur. Deux heures avaient dû passer. Moi, je restais sagement, comme si je ne pouvais faire que ça. Il me semblait qu’il manquait le « tic tac » de l’horloge.

Il a fait nuit très vite. J'aurais pu faire quelque chose à manger. Mais j’étais hésitant à faire comme chez moi. J'avais peur de déranger cet endroit si stoïque. Et j'étais un peu occupé par la photo.

Quelque chose l'a fait pour moi. Un coup, à la porte. Plusieurs. Des coups forts et répétés qui martelaient le bois. J’avais sursauté. Je me demandais qui, ou quoi, ça pouvait être. J'étais debout, le cœur battant, et autour de moi tout restait rigide. Les meubles me regardaient avec froideur. Les ombres flottaient avec nonchalance. J'étais le seul être perturbé par ce qui se passait. Mamie a dit ces mots :

« Va ouvrir. C’est Papi. »

Non. Ce n’était pas Papi. Parce que ça ne pouvait pas être Papi. Je vous laisse deviner pourquoi Papi n’avait rien à faire là. Mais qu’est-ce qui, en pleine nuit, pouvait venir tambouriner à la porte d’une vieille femme ?

J’étais pris au dépourvu. je n'avais aucune idée de quoi faire. Les martèlements continuaient, ils étaient irréguliers. Déjà trente secondes que ça tapait. Pendant un silence, j'ai senti une forte vibration monter à ma jambe. C’était mon téléphone. Ma mère. Elle répondait à mes messages. J'ai décroché, non sans m’inquiéter de ce qu'il se passait dehors. Je me suis avancé vers la cuisine. La voix de ma mère m'a dit :

« Mon chéri. Je suis si contente que tu aies appelé. Je viens de rentrer du travail. Tu viens nous voir bientôt ? Où est-ce que tu es ? »
D’une voix un peu tremblante, je lui ai répondu :
« Je suis avec Mamie. »
Il y a eu un silence à l’autre bout du fil. Et la voix m'a répondu :
« Non. Ce n’est pas possible que tu sois avec Mamie. »

Auteur: Tripoda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PandyKota

avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : Forêt kokiri

MessageSujet: Re: Le monde des Creepypasta de Kota ! (Histoire d'horreur)   Hier à 7:07

L'appareil photo



J'ai trouvé un appareil photo sur un banc dans un parc. C'était un Nikon noir. J'ai décidé de le prendre. Trouver c'est garder. Je suis donc rentré chez moi, et je suis allé dans ma chambre pour voir ce qu'il contenait.

La première photo était celle d'une femme, plutôt mignonne. J'étais assez incrédule car la photo semblait avoir été prise à son insu. Mais j'ai décidé de passer à la prochaine photo. C'était la même fille, mais couchée sur du bitume, horriblement massacrée. Je pouvais à peine la reconnaître. Je n'ai réussi à faire le lien avec la photo précédente que grâce à ses vêtements.

Choqué par ma découverte, mais de plus en plus curieux, je suis passé à la prochaine photo. C'était un enfant d'à peu près huit ans qui marchait dans la rue. J'avais peur de passer à la prochaine photo, mais je l'ai fait.
J'ai eu un haut-le-cœur. C'était le même garçon, mais atrocement mutilé. La seule chose qui m'a permis de le reconnaître c'était, encore une fois, ses vêtements. Je ne voulais pas continuer, mais je l'ai tout de même fait.

Cependant, j'ai passé le reste des 35 photos rapidement, car j'ai mes limites. Parmi les victimes, il y avait des hommes, des femmes, des enfants, des vieux, des blancs, des noirs... Il y avait toujours une photo de ces personnes avant leur assassinat.

Cet appareil ne contenait que de la bouillie sanglante. Une véritable charcuterie.

Il ne me restait plus qu'une photo à voir.

Mon cœur a arrêté de battre. C'était mon petit frère ! C'était mon petit frère marchant vers la maison de son ami, quelques heures plus tôt ! Il m'avait dit, hier, qu'il allait dormir chez son ami Louis.

C'est là que j'ai remarqué que le nombre de photos était impair. J'ai commencé à paniquer. Je devais le prévenir, immédiatement.







C'est à ce moment que j'ai entendu mon grand frère rentrer et monter les marches. J'ai posé l'appareil, et il est entré. Il m'a dit, d'une voix tremblante :

« Je sors, mais... Euh... T'aurais pas vu un... Appareil photo Nikon noir en rentrant par hasard ? Je crois que... Je l'ai oublié au parc, et je sais que tu passes par là. J'en ai vraiment besoin. »

Auteur: Tripoda
Narrée par: VietoVonCreepypasta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PandyKota

avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 27/02/2017
Localisation : Forêt kokiri

MessageSujet: Re: Le monde des Creepypasta de Kota ! (Histoire d'horreur)   Hier à 7:16

Ma lettre au père noël



Cela fait maintenant plusieurs années que je travaille pour la poste, et chaque hiver je suis en charge des réponses du Père Noël pour les lettres qui lui sont adressées. C'est un travail magique bien que parfois déstabilisant, comme par exemple des enfants qui demandent le retour d'un parent décédé.
Mais ce que j'ai reçu il y a maintenant quelque temps ne cesse de me perturber. J'en suis au point où, chaque année, je redoute de recevoir à nouveau une telle lettre. Je me dois de vous la partager en espérant que vous évitiez de laisser entrer n'importe qui chez vous le soir de Noël.


Papa Noël,


Moi et ma petite sœur Suzie, on a passé un super Noël avec toi ! Même si j'ai pas très bien compris pourquoi au lieu de descendre par la cheminée, tu es resté debout devant la fenêtre de ma chambre.
En tout cas je regrette pas de t'avoir ouvert, tu nous as bien fait rire avec ta tête rigolote et ton manteau rouge et blanc, en plus les jouets que tu m'a donnés sont super !
Mais, s'il te plaît, même si tu as dit que tu t'énerverais si on te le demandait, est-ce qu’on peut revenir sur ce marché ?
Papa et maman me manquent, et Suzie sent mauvais, en plus elle ne fait que pleurer, et moi aussi ça me fait pleurer !

PS : Je te rendrai les jouets, tiens, je te rends même notre photo tous les trois !



Auteur: Tripoda
Narrée par: VietoVonCreepypasta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le monde des Creepypasta de Kota ! (Histoire d'horreur)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nitrocube - Serveur Fun :: La Taverne-
Sauter vers: